• Les Rameaux

     
     

    J'ai pu dire combien à Mondovi et, sans doute en Algérie, le lien était étroit dans les pratiques religieuses entre le sacré et les superstitions. Nous avons déjà parlé de ces vieilles dames qui avait la réputation de lutter contre le coup du sort ou le coup de soleil. À la superstition s'ajoutaient les coutumes importées des pays d'immigration (Espagne, Italie, Corse, Sicile, Malte et France).

    Ainsi tout au long de l'année l'église de Mondovi ne manquait pas de pratiquants. Qu’il s'agisse de la célébration de la Sainte vierge, de la Nativité, de la Semaine sainte. Les deux messes de l'année où il y avait le plus de monde était le dimanche des Rameaux et la fête de la Toussaint. Ce sont d’ailleurs, en général, les deux messes les plus prisées des chrétiens. Il faut remarquer que ces deux fêtes, des rameaux, où l'on repart avec des branches bénies et de la Toussaint, où l'on va déposer des fleurs sur les tombes sont des portes ouvertes sur la superstition. Le brin de rameaux coincé derrière la croix du Christ était comme une sorte de gris gris destiné à protéger la maison et tout ce qu'il y avait dedans, objets matériels ou humains confondus. Dans certaines familles des brindilles de ces rameaux étaient réparties sur l'ensemble de la maison mais aussi dans les granges, les étables et même les remises. La fête des rameaux a donné naissance à une sorte de rituel plus près de la magie que de la religion.

     

    Rappelons l'origine de la fête des rameaux

    Les Rameaux

    C'est par des cris de liesse et de joie que les premiers chrétiens ont accueilli Jésus faisant son entrée triomphale sur un ânon, à Jérusalem. Tout en l’acclamant, la foule étendait des vêtements sur la route afin de lui faciliter le passage. Dans le même temps, d'autres fidèles coupaient des branches - et donc des rameaux…ce mot vient du latin « ramus » qui veut dire « branche » - de palmiers et les posaient, également sur la route.

    Pour commémorer cet événement, l'Église se devait de fêter dignement ce Dimanche des Rameaux, également appelé Dimanche de la Passion. Les premières manifestations remontent au VIIIe siècle où chacun se rendait à l'église avec un rameau de palmier à la main, en guise d'hommage. Au départ, il s'agissait, uniquement de palmier, arbre très présent en Palestine à l'époque biblique

    Plus tard, en France, en fonction des régions, les fidèles apportaient un brin d'olivier, en Provence et dans le sud Languedoc, une branchette de buis, au centre et à l'est du pays ou un rameau de laurier, en Normandie et en Bretagne.

     

    À Mondovi, Il y avait cependant une tradition qui illustre une fois de plus l'amalgame du sacré et des coutumes dont nous parlons plus haut. Le jour des rameaux les enfants avaient droit à une branche artificielle dont l'armature était fabriquée avec du fil de fer. Le matériau était enveloppé de papier coloré et de rubans. Cette branche évoquait le rameau naturel porté par les adultes.

    Les Rameaux

    Aux ramures de cette branche artificielle étaient suspendues toutes sortes de friandises achetées par les parents (œuf, cloches, poule en chocolat). Une grosse orange confite ornait son sommet là où un crochet était prévu pour tenir l'ensemble.

    Le jour des Rameaux les familles conduisaient les enfants à la messe. La motivation essentielle des parents était de faire bénir les rameaux.

          Les Rameaux      Les Rameaux      

    Le plus difficile pour les bambins était de résister à la tentation de mordre dans une des friandises de cet arbre magique. Il fallait absolument attendre la fin de la messe pour que la dégustation commence et pour qu’elle soit sans doute plus bénéfique. Souvent il fallait même attendre de rentrer à la maison pour décrocher le sujet que longtemps à l'avance l'enfant avait prévu d'entamer. Les couleurs bariolées des rameaux créaient une ambiance de fête un peu comme le font les sapins garnis au moment de Noël. Même pour les familles non pratiquantes la tradition perdurait.

    J'ai eu la surprise de voir que le même type de coutume était respecté en Provence. On dit qu'elle a son origine en Italie, chose tout à fait possible quand on sait que beaucoup d'Italiens ont migré dans le sud de la France.

    Dans certaines régions de France à la fête des rameaux on confectionnait des pains aux formes de cheval de coq. On les accrochait à une branche avec une pomme à l'extrémité